presse

Vous êtes journaliste et vous souhaitez rentrer en contact avec Jean-Sébastien Bou ?
Vous pouvez utiliser le formulaire de la page Contact, ou envoyer un mail à l’agence artistique Thérèse Cédelle : Agence.Cedelle@wanadoo.fr

Interviews de Jean-Sébastien Bou

Début d’année chargé pour le baryton français : après Frédéric dans Lakmé, à l’Opéra-Comique, et Raimbaud dans Le Comte Ory, à l’Opéra de Lyon, il incarnera Titus dans la rare Bérénice d’Albéric Magnard,à l’Opéra de Tours [...]. A 43 ans, les portes d’une grande carrière internationale s’ouvrent désormais devant Jean-Sébastien Bou, avec une création mondiale de Marc-André Dalbavie au prochain Festival de Salzbourg, puis une nouvelle production de Don Giovanni à la Monnaie de Bruxelles, signée Krzysztof Warlikowski.

Propos recueillis par Michel Parouty, Opéra Magazine n°94

Pour lire plus cliquez ici.

Jean-Sébastien Bou opera magazine

Pour aborder une partition, il faut toujours saisir la spécificité de la langue utilisée par le compositeur [...]. Quand j’apprends un rôle, quelle que soit la langue dans laquelle il est écrit, je le déclame d’abord sur le rythme de la musique et dans la durée d’une noire à peu près, de manière à ce que le spectateur au dernier rang du paradis comprenne ce que je dis.

Propos recueillis par Christian Wasselin, Opéra Magazine n°39

Jean-Sébastien Bou opera magazine

Dans la presse

Jean-Sébastien Bou est un Don Juan impeccable scéniquement, qui traverse l’œuvre comme une sorte de zombie ou d’objet, le regard vide (sur les vidéos qui rappellent, qui citent même le film Shame de Steve Mc Queen) une sorte de corps qui se vide, un corps malade (il se traîne au 2ème acte avec un cathéter) un corps qu’on habille, qu’on dénude, un être sans tenue, qui n’est habillé que par ce que les autres projettent en lui.

Wanderer Blog Le Monde

Pour lire plus cliquez ici.

lemonde Jean-Sébastien Bou

Un Don Giovanni très attendu à Bruxelles.
Jusqu’au 30 décembre (et le 18 en direct sur Mezzo et Mezzo Live HD), la Monnaie accueille une nouvelle production du chef-d’œuvre de Mozart, signée Krzysztof Warlikowski. Le génial metteur en scène polonais, qui a déjà proposé à Bruxelles d’inoubliables lectures de Médée, Macbeth et Lulu, peut à nouveau compter sur une exceptionnelle équipe de chanteurs-acteurs, emmenée par le Don Giovanni de Jean-Sébastien Bou et la Donna Anna de Barbara Hannigan, sous la direction musicale de Ludovic Morlot. Opéra Magazine a eu l’opportunité de suivre plusieurs répétitions… Reportage en forme de « making of ».

Propos recueillis par Mehdi Mahdavi, Opéra Magazine n°101

Pour lire plus cliquez ici.

opera magazine Jean-Sébastien Bou

Aussi dissemblables que complémentaires, Jean-Sébastien Bou et Catherine Hunold délivrent une prestation d’une qualité exceptionnelle. Aussi dissemblables que complémentaires, Jean-Sébastien Bou et Catherine Hunold délivrent une prestation d’une qualité exceptionnelle.

Classiquenews, François Berthon

Pour lire plus cliquez ici.

classiquenews Jean-Sébastien Bou

Don Giovanni, incarné par le baryton Jean-Sébastien Bou, une des vraies voix du plateau, personnalité sensible et émouvante (le gros plan lui va bien) et excellent comédien. Don Giovanni, incarné par le baryton Jean-Sébastien Bou, une des vraies voix du plateau, personnalité sensible et émouvante (le gros plan lui va bien) et excellent comédien.

lalibre.be

Pour lire plus cliquez ici.

lalibre.be Jean-Sébastien Bou

Pas à pas, personnage après personnage, Jean-Sébastien Bou trace son chemin. Grâce à sa voix bien timbrée, à la fois claire dans l’aigu et généreuse dans le grave ; à sa prestance très incarnée mais d’une élégance déliée ; à sa diction formidable au service de l’intelligence du texte, de son émotion, son humour ou son pathétique.

La Croix, Emmanuelle Giuliani

Pour lire plus cliquez ici.

LA-CROIX.COM Jean-Sébastien Bou

Des premières mesures de l’œuvre jusqu’au rideau final, l’artiste brille de tous les talents dans ce rôle /…/. La voix est bien placée, fièrement projetée, claire et puissante, la diction formidable, la palette des nuances d’un grand raffinement. Comédien souple et vif doté d’un physique fort agréable, Jean-Sébastien Bou donne à ce pauvre savetier une humanité très fine, drôle et subtile.

La Croix, Emmanuelle Giuliani

Pour lire plus cliquez ici.

LA-CROIX.COM  Jean-Sébastien Bou

Au sein d’une distribution majoritairement française à la diction impeccable, Jean-Sébastien Bou, formidable baryton, campe un Mârouf drôle et émouvant, avec sa voix bien projetée.

Les Echos, Philippe Venturini

Pour lire plus cliquez ici.

les echos Jean-Sébastien Bou

La très bonne surprise est venue des interprètes. Sur le plateau d’abord. Saluons tout particulièrement l’incroyable performance du baryton Jean-Sébastien Bou, rôle-titre d’une puissance tellurique, véritable fauve de scène.

Le Monde, Marie-Aude Roux

Pour lire plus cliquez ici.

lemonde Jean-Sébastien Bou

À commencer par le baryton Jean-Sébastien Bou dans le rôle-titre, dont la présence frémissante de vie et d’inquiétudes mêlées n’a d’égal que la musicalité et l’expressivité du chant.

Anaclase, Gérard Corneloup

Pour lire plus cliquez ici.

anaclase  Jean-Sébastien Bou

Certes, toutes les voix ne sont pas aussi percutantes, sensibles et bouleversantes que celle de Jean-Sébastien Bou qui irradie, blessé et lumineux comme un christ, dans le rôle-titre/…/

La Croix, Emmanuelle Giuliani

Pour lire plus cliquez ici.

LA-CROIX.COM Jean-Sébastien Bou

Que n’a-t-on pas dit de Jean-Sébastien Bou ? Son incarnation de Mârouf et un modèle /…/. Le comédien est à l’égal du musicien et du chanteur : bondissant, juvénile, irrésistible. Tout juste après son interprétation époustouflante du rôle-titre dans Claude de Thierry Escaich et Robert Badnier, Bou trouve en Mârouf une autre occasion de montrer qu’il est l’un des meilleurs barytons français du moment, de ces vrais artistes qui ne conçoivent leur métier que comme une prise de risque permanente et sont, pour cela, uniques.

Michel Parouty, Opéra Magazine n°86

opera mag Jean-Sébastien Bou

Jean-Sébastien Bou, lui, est magnifique en Titus. La perfection du style, l’élégance et la musicalité sont une chose ; l’intelligence, la force du jeu du comédien en sont une autre. Aucun histrionisme dans l’expression de l’amour ou de la douleur. Bien plus qu’un chanteur, Bou est un artiste et un grand, arrivé aujourd’hui à son zénith, mais qui n’a pas fini de surprendre.

Michel Parouty, Opéra Magazine n°95

Pour lire plus cliquez ici.

opera mag Jean-Sébastien Bou

Jean-Sébastien Bou est parfait d’aisance et de naturel dans ce rôle-titre, avec cette voix claire de baryton qui lui permet de chanter aussi bien qu’il prononce, et de venir à bout d’une tessiture exigeante.

Christian Wasselin, Opéra Magazine n°39

Pour lire plus cliquez ici.

opera Jean-Sébastien Bou

Une soirée époustouflante. [...] le Raimbaud de Jean-Sébastien Bou, somptueux de timbre et surexcité dans son jeu, surclassant le Gouverneur [...]

Jean-Luc Macia, Opéra Magazine n°94

Pour lire plus cliquez ici.

opera mag  Jean-Sébastien Bou

Dans le rôle-titre, le formidable baryton Jean-Sébastien Bou (un habitué du rôle de Pelléas, et qui a créé le Claude, de Thierry Escaich, à Lyon), sautillant, se déchirant et se démenant, beau nuancier traversé par sa propre voix, fait heureusement qu’on y croit.

Libération, Éric Loret

Pour lire plus cliquez ici.

Jean-Sébastien Bou LIBERATION

Pour ton retour parmi nous, tu ne pouvais rêver, savetier du Caire, interprète plus idéal que Jean-Sébastien Bou. Les superlatifs manquent pour décrire une telle adéquation entre ce personnage attachant entre tous et un artiste qui ne l’est pas moins. La voix en gloire, le style parfait, l’énergie, la diction à se damner, le don théâtral, la nostalgie des premières scènes, l’éclat de l’air fameux « A travers le désert », tout est là. Ce n’est plus une incarnation, c’est un accomplissement : à genoux !

Diapason, Emmanuel Dupuy

Pour lire plus cliquez ici.

Jean-Sébastien Bou diapason

Comme il se doit, c’est le baryton clair de Jean-Sébastien Bou qui remporte la plus éclatante victoire, voix saine, style pur, artiste torturé qui se je jette à corps perdu dans les tourments de Claude, bouleversante figure christique sacrifiée sur l’autel d’un système carcéral inhumain.

Diapason, Emmanuel Dupuy

Pour lire plus cliquez ici.

Jean-Sébastien Bou diapason

Parmi les grands Pelléas d’aujourd’hui, Jean-Sébastien Bou s’empare ici du rôle-titre avec une confondante aisance, tout à la fois ardent, subtil, touchant, et trouve en Nathalie Manfrino une belle et lumineuse Princesse Saamcheddine.

Concertclassic, Alain Cochard

Pour lire plus cliquez ici.

concertclassic Jean-Sébastien Bou

Dans la pleine maturité de ses moyens, Jean Sébastien Bou se révèle absolument idéal dans le rôle-titre/…/ Avec sa petite quarantaine séduisante — l’âge même du créateur— il s’affirme comme le meilleur baryton Martin de sa génération avec une articulation impeccable, une ligne de chant élégante et un sens des demies teintes particulièrement évident dans les grands mélismes arabisants dont ses airs abondent. Il habite son rôle avec une énergie inépuisable et une finesse digne des meilleurs comédiens.

musicologie.org, Frédéric Norac

Pour lire plus cliquez ici.

Musicologie Jean-Sébastien Bou

Un must, qui devrait bénéficier d’une nouvelle distribution (avec notamment le formidable Jean-Sébastien Bou en Escamillo), /…/ .

Exit Mag Hors Serie

Pour lire plus cliquez ici.

Exit Mag Jean-Sébastien Bou

Claude était une première mondiale. Une partie de son succès tient à Jean-Sébastien Bou. Sa présence sur scène est la meilleure réponse à ceux qui croient que les chanteurs lyriques ne sont pas des acteurs !

Hétéroclite, Olivier Py interviewé par Yannick Mur

Pour lire plus cliquez ici.

 Hétéroclite Jean-Sébastien Bou

L’amant solaire, c’est le baryton, et Jean-Sébastien Bou triomphe dans son Escamillo ravageur. Voix, style, prestance, tout y est.

Concertclassic, Jean-Charles Hoffele

Pour lire plus cliquez ici.

Concertclassic Jean-Sébastien Bou

Mais on ne peut dire que du bien de Jean-Sébastien Bou, qui donne au personnage d’Escamillo la prestance physique et vocale espéré, réunissant harmonieusement précision de la diction, qualité de la projection et l’élégance du phrasé.

Forum Opéra, Fabrice Malkani

Pour lire plus cliquez ici.

Forum Opéra Jean-Sébastien Bou

Comments are closed.